Frank Horvat 1928-2020

Présentation

Né en 1928 en Italie de parents médecins, juifs et originaires d’Europe Centrale, Frank Horvat vit successivement en Suisse, en Italie, au Pakistan, en Inde, en Angleterre et en France, où il s’installe à la fin des années 1950, tout en se rendant régulièrement aux États-Unis et en voyageant souvent en Europe, dans les Amériques et en Asie.

Son parcours de photographe est influencé, en 1950, par une rencontre avec Henri Cartier-Bresson, qui le détermine à adopter le Leica et à entreprendre un voyage de deux ans en Inde, en tant que photojournaliste indépendant. Les images en noir et blanc qu’il y réalise lui valent ses premiers succès — notamment la participation à l’exposition « The Family of Man », au Museum of Modern Art de New York.

À partir de 1957, il applique son expérience de reporter à la photographie de mode, avec un style plus réaliste et moins guindé que celui des magazines de l’époque. Ses publications dans ELLE, Vogue et Harper’s Bazaar, en Europe comme aux États-Unis, influenceront durablement le genre — tout en lui attirant les foudres de Cartier-Bresson, pour qui son mélange de directivité et de non-directivité est « du pastiche ».

Les années entre 1965 et 1975 sont une période de crise pour les magazines d’actualité et leurs photographes. Horvat tente des expériences d’illustration, de cinéma et de vidéo, souvent inabouties. À partir de 1976, il trouve sa « sortie du désert », avec trois essais photographiques entrepris sans commande (« pour une fois, j’ai été mon propre client ») et destinés à des expositions et à des livres. Portraits d’arbres, Vraies Semblances et New York sont trois projets presque simultanés, à la fois divergents et complémentaires. Horvat les considère comme « son triptyque ». Par rapport à l’orthodoxie « cartier-bressonienne », ils représentent cependant une nouvelle transgression — puisque les trois sont en couleur.

En 1985, Horvat, souffrant d’une affection des yeux, passe temporairement de la photographie à l’écriture, avec un recueil d’entrevues avec d’autres photographes (dont Édouard Boubat, Robert Doisneau, Mario Giacomelli, Josef Koudelka, Don McCullin, Sarah Moon, Helmut Newton, Marc Riboud, Jeanloup Sieff et Joel-Peter Witkin).

Les années 1990 le conduisent à une rupture encore plus radicale, par l’utilisation de l’ordinateur et des manipulations qu’il permet. Dans Le Bestiaire et Les Métamorphoses d’Ovide, Horvat explore un territoire entre la photographie et la peinture – une recherche qui suscite autant d’objections que d’acclamations, et que lui-même abandonne par la suite, pour se limiter à des interventions plus subtiles, que seul l’ordinateur permet, mais qui restent dans le registre de l’« instant décisif ». Quoi qu’il en soit, ces expériences sont en avance sur leur temps et aussi innovatrices que l’avait été l’utilisation des techniques du reportage pour la mode.

En 1996, Horvat, changeant encore une fois de sujet, applique les possibilités du numérique à une documentation sur la sculpture romane, publiée en 2000 avec un texte de l’historien Michel Pastoureau.

Ses deux projets suivants, 199et La Véronique (les 30 mètres autour de sa maison en Provence), sont considérées par Horvat comme ses contributions plus personnelles à la photographie. Le premier obtient un assez large retentissement, le deuxième reste relativement confidentiel. Dans l’un comme dans l’autre, Horvat explore les mystères et les émerveillements du quotidien, tout à l’opposé de la tendance, très diffuse parmi les photographes, à mettre en exergue le superlatif et l’exceptionnel. Ce sont des œuvres de maturité, caractérisées par une maîtrise technique qui parvient à se faire oublier et par une richesse de références et d’associations d’idées.

Ces dernières années, Frank Horvat, appareil en poche, continuait de documenter son quotidien et regroupe grâce à l'édition de ses Livres Blancs les différentes périodes de sa vie photographique.

Frank Horvat nous a quitté le 21 octobre 2020.

Œuvres
Actualités